5 juin 2017

Carriacou, Grenade

À chaque fois que j'arrive à Carriacou, j'ai l'impression de revenir à la maison.  On se sent bien sur cette île, loin du tourisme de masse.  Les gens sont accueillants et souriants.  Nous aimons bien les côtoyer et jaser avec eux.

Nous avons fait l'ascension du Chapeau Carré, ce beau sommet bien visible de Tyrrel Bay ainsi que le High North Peak au nord de l'île.  Étant donné que le sentier n'est pas balisé, nous avons décidé de mettre des bouts de ruban rouge afin que les gens puissent suivre sur le sentier et ne pas se perdre.

Quelques voiliers québécois sont arrivés il y a quelques jours et on fait des activités ensemble.

Laurier rose

Une rencontre inattendue avec cette jolie tortue de terre




Le flamboyant est peint avec les même couleurs du drapeau de Grenade

On fait de la couture pour prolonger la vie de nos canevas

Les boys, Bob, Jean et Richard à une soirée barbecue

Toujours aussi plaisantes les soirées Tam Tam du Lambi Queen avec notre ami Bongo



On découvre un autre sommet au nord de l'île

Bob avec Yolène et Jean de Caffé Latté

Difficile à croire que ces plantes tropicales poussent naturellement en pleine forêt

Objectif réussi!
Les ruines de l'ancienne université de Carriacou sur le bord de la mer


Assez original de voir un tombeau en forme de bateau, probablement un pêcheur qui est décédé.

Elle nous a suivi tout au long de notre randonnée, un bon ti-chien
 Pour tous ceux qui veulent faire de la plongée, Diane et Richard de Lumbadive sont là pour vous faire découvrir les magnifiques fonds et poissons des récifs coralliens.  Allez les visiter!

Diane et Richard, propriétaires du centre de plongée Lumbadive, des québécois très sympathiques et accueillants.  

10 mai 2017

Ste-Lucie

Nous avons découvert le mont Pinard dans Rodney Bay.  Au sommet vous avez une magnifique vue la marina et la baie de Rodney.  Cette année, vous devez payer 10 EC$ par personne pour avoir accès au sentier.  L'ascension est facile et accessible à tous.

Vue sur la marina de Rodney 



Un magnifique coq sur la plage

Romantique n'est-ce pas?




Voici deux vidéos pour vous montrer la force des vagues qui frappent la rive sur la côte Atlantique.


video


video

7 mai 2017

Ste Lucie à Bequia

Un p’tit mot du capitaine

Passage de St-Lucie vers Bequia, Grenadines (60 milles nautiques)

Nous avons quitté le bel ancrage de l’anse Cochon sur la côte ouest de St-Lucie dans les alentours de 3 h 30 du matin. Mieux vaut partir très tôt pour arriver avant la noirceur à notre destination. Beaucoup d’obstacles à éviter, bouées de pêcheurs, voiliers à l’ancre non éclairé. Finalement, c’est comme zigzaguer à travers un champ de mines. Alors ayons un peu de jugement et arrivons à la clarté!

Le départ se fait en douceur et nous sommes chanceux car la pleine lune nous accompagnera jusqu’au lever du soleil. Nous quittons tranquillement Ste-Lucie en laissant les majestueuses montagnes « les Pitons » à notre gauche.

Par la suite, c’est la mer, le passage entre St-Lucie et St-Vincent. Un passage bien reconnu des navigateurs étant comme ‘’Olé Olé’’. Courant fort avec marées, augmentation de la hauteur des vagues causée par les hauts fonds de la mer, l’effet des îles, etc.

Pour ce passage, la fenêtre météo fut plutôt difficile à choisir. Une météo très instable. J’avais l’impression que les belles opportunités météorologiques changeaient à la toute dernière journée et finalement notre meilleure fenêtre météo fut la moins belle.

Bref! Nous avions déjà fait les formalités pour quitter Ste-Lucie…alors on poursuit!

Notre plan de navigation était de laisser passer l’onde tropicale (dépression durant quelques jours) qui passait sur notre tête à Ste-Lucie.

Par-contre, lors de notre navigation en mer, le ciel était encore chargé avec une possibilité de dégagement à l’horizon…Il y avait du soleil là-bas.

Nous avons frappé quelques grains intenses entre les deux îles. C’est toujours un peu stressant d’y faire face lorsqu’ils viennent vers nous.

Habituellement, on les surveille et on les voit venir de très loin, le ciel est sombre, on voit bien la pluie qui tombe et on peut déterminer l’agressivité du vent par l’angle de la pluie au large. Mais celle-là est plutôt massive. La condition du ciel qui se dirige sur nous est bien chargé et il s’en voient droit sur nous. Impossible de l’éviter. On passera droit dans le centre du grain.

La température chute de quelques dégrées instantanément. La mer force rapidement, les vagues annoncent le coup de vent à venir. On perçoit bien le mur d’eau qui se dirige droit sur nous. La surface de la mer est blanche tellement que la pluie tombe. On peut compter à la seconde près quand ce mur arrivera sur nous. Les grains en mer peuvent être d’une force très violente. La vélocité peut atteindre facilement les 35 nœuds et parfois même plus de 40 nœuds avec une visibilité nulle.

La pluie arrive horizontalement et nous fouette le visage. Les yeux à moitié fermées, nous essayons de contrôler le voilier. Gigi est à la barre et je règle les voiles afin de diminuer tout dommage au bateau. Ginette est plus confortable à manœuvrer le voilier dans cette situation alors que je réduis les voiles rapidement. Un bon travail d’équipe est essentiel dans des situations critiques.

On retient notre souffle et l’on réussit à passer au travers. Après quelques minutes, tout est derrière nous. Nous sommes complètement mouillés et heureux qu’il soit enfin passé.  Nous avons fini par voir la lumière au bout du tunnel. 

Un grain c’est toujours mystérieux car on ne sait jamais quelle force il aura et combien de temps ça va durer!

WOW! Comme le dit souvent Ginette, ‘’Celle-là en était un bon ». Cette journée-là, nous avons eu quatre grains au total, sans compter ceux-là que nous avons pu éviter.

Une navigation que je considérerais plutôt difficile et qui fait partie de notre vie à bord d’un voilier. Mais je dois par contre mentionner que malgré tout cela, nous sommes finalement arrivés à notre destination Bequia…et avons eu la chance de savourer une bonne bière froide à l’ancrage en admirant le coucher du Soleil.

Ça finit toujours bien, une chance……

Capt Bob

20 avril 2017

Martinique

Fort de France, capitale de la Martinique

Le parc de la Savane
Statue de l'Impératrice Joséphine, avez-vous remarqué qu'elle a perdue sa tête?

Au début des années 1970, sous l'influence d'intellectuels qui critiquent le fait que, selon eux, Napoléon Bonaparte aurait rétabli l'esclavage dans les colonies françaises à la demande de sa femme Joséphine, dont la mère possédait une habitation aux Trois-Îlets avec des esclaves, l’impératrice Joséphine est décriée par une partie des foyalais, bien que cette assertion soit historiquement fausse, puisque l’esclavage n’avait jamais été aboli en Martinique à la période concernée, vu que l’île était occupée par les Anglais depuis 1794. Ainsi, lors des réaménagements du jardin de la Savane en 1974, l'administration municipale  déplace la statue sur la bordure gauche du parc, au bord de la rue de la Liberté, sans son large socle de granit et sa belle grille ouvragée. Ce déplacement, qui n'est pas dénué d'arrière-pensées politiques, permet de rendre la statue moins visible et vient répondre au ressentiment d'une partie de la population. Ce désamour culmine en septembre 1991, lorsque la tête de la statue disparaît lors d'un attentat, œuvre probablement de vandales qui lui ont fait subir le sort de la guillotine, à laquelle elle échappa de justesse. La statue est depuis laissée en l'état.



Bibliothèque Shoelcher

Un beau grand voilier ancré tout près de Pinnacle

Pinnacle à la marina pour se refaire une beauté et un repos bien mérité pour l'équipage

On peut voir l'avion dans laquelle sont nos amis Conrad et Carl 
Les gars sont heureux d'être à bord de Pinnacle et surtout à la chaleur des Antilles

Au sommet du Piton Crève Coeur


Vue sur le Bourg d'Anse d'Arlet
La belle plage des Salines

 Randonnée sur la Presqu'île de la Caravelle, côté Atlantique

Carte des sentiers



Capitaine Bob avec Claudine et Charles

Quelle beauté naturelle et sauvage, nous sommes riches d'être dans ce merveilleux endroit!

Toujours agréable de prendre une bonne Lorraine entre amis...

1 mars 2017

Île de Marie-Galante, Guadeloupe

Mardi Gras - Carnaval 

Le Carnaval  sur l’île de Marie-Galante en Guadeloupe, est une pratique festive mêlant la tradition française des boeufs gras et la tradition des défilés du Carnaval.  C’est un moment important pour la sauvegarde et la promotion des traditions marie-galantaises et guadeloupéennes. Le défilé se compose d’une dizaine de charrettes décorées et tirées par une paire de bœufs, sur plusieurs kilomètres dans la campagne et à Saint-Louis de Marie-Galante.

Un beau carnaval très animé avec de beaux costumes réalisés par les Guadeloupéens.






Les Marie-Galantaises sont très fières de porter leurs costumes 





video

video


video

video



On prend une bonne bière chez Judith avec nos amis de Live the dream
Visite de l'île

Le marché du Grand Bourg


Robert et Joël entourés de cette belle nature



Paysage bucolique n'est-ce pas?

Dégustation de rhums agricoles
Je préfère caresser le ti-minou au lieu de déguster du rhum

Un des jolis moulins de l'île

Ancienne habitation des esclaves